L'équipe de La Green Session, brushing au vent.

Prêt pour ce deuxième Goodtalk ? 

Pour notre deuxième édition, nous avons discuté avec Laureline POULAIN de son engagement actif chez Mountain Riders. L’occasion de te faire découvrir cette association qui œuvre pour une montagne plus verte et vertueuse. Grâce à elle, nous avons découvert de beaux projets. Sa confiance en l’avenir, son engagement et ses conseils sont inspirants et nous sommes super contents d’avoir pu partager ce deuxième Goodtalk avec elle. 

Merci Laureline 

Goodloop : « Qu’est-ce que l’association Mountain Riders ?« 

Laureline :

« Mountain Riders est une association d’éducation à la transition écologique, fondée en 2001. La philosophie de l’association est d’informer sans moraliser, de travailler avec tous, et de faire du changement une démarche positive autour d’alternatives concrètes. Nous accompagnons principalement les acteurs des territoires de montagne. »

Goodloop : « Quel a été le déclic qui t’a amené à te lancer dans cette aventure ? »

Laureline : 

« J’avoue être arrivée chez Mountain Riders un peu par hasard. J’avais envie de me sentir utile, de donner un peu de mon temps pour une belle cause. Ma sensibilité écologique m’a orientée vers une association liée au développement durable. C’est comme cela que j’ai croisé le chemin des bénévoles de l’antenne MR basée à Grenoble (coucou Romain Béhar !).

L’état d’esprit de l’association, son énergie positive et bienveillante ont fait que je suis encore bénévole, et même co-présidente, 10 ans après ! »

Goodloop : « Depuis le début de l’association, tu as dû rencontrer de nombreux acteurs engagés pour une pratique outdoor plus responsable. Quel est le plus chouette projet que tu as rencontré grâce à Mountain Riders ?« 

Laureline :

« C’est difficile comme question ! Autour de la pratique outdoor, j’ai très envie de citer 2 projets axés sur la problématique de l’impact du ski, non pas en tant que pratique sportive mais en tant que matériel.

D’abord Skitech, partenaire de l’association depuis quelques années. Cette SCIC basée à Chambéry éco-conçoit des structures, des meubles et des objets avec des skis usagés. Cette démarche permet de rallonger la durée de vie des skis et de réduire leur impact environnemental.

Toujours dans l’idée de réduire l’impact écologique des skis, ADN Skis est une entreprise grenobloise qui développe un ski entièrement recyclable. Elle travaille sur les matériaux qui composent le ski, mais également sur la façon dont celui-ci est construit, afin d’assurer un recyclage complet de ce matériel. »

Goodloop : « Les scientifiques sont formels, si nous continuons comme ça, d’ici la fin du siècle, plus de 90% des glaciers alpins auront disparu…. Comment imagines-tu le monde de la glisse en 2050 ? »

Laureline  :

« J’imagine un monde de la glisse plus vertueux, qui aura su s’adapter aux contraintes du changement climatique. Nous l’avons vu avec la crise sanitaire et, entre autres, la fermeture des remontées mécaniques : le modèle du tout alpin est obsolète. Il faut penser la montagne autrement et proposer une offre touristique sur les 4 saisons. Le concept « d’inter-saison » devrait, à mon sens, disparaître pour laisser place à une dynamique de territoire tout au long de l’année.« 

Goodloop : « Si tu devez donner un conseil concret et actionnable aux rideurs de notre communauté, en termes de sobriété, d’engagement ou d’éco-pratique, quel serait-il ? »

Laureline:

« Réduire au maximum ses trajets en voiture, en utilisant les transports en commun ! Et si la destination choisie ne le permet pas, organiser des covoiturages pour ne pas être seul dans sa voiture lorsqu’on monte rider. Easy ! »

Goodloop :  » Chez Goodloop, notre kiff c’est la réparation. On a tous déjà essayé de réparer une chaussette trouée, un bouton, une assiette brisée en mille morceaux ou un vélo… et parfois sans succès ! Et toi, quelle est ta plus belle galère ou réussite de réparation ? »

Laureline:

« Mes chaussures ! Je les emmène régulièrement chez le cordonnier pour prolonger au maximum leur durée de vie ! » 

Alors, c’est compris ?

La prochaine fois que tu vas à la montagne, tu te renseignes sur les transports en commun. On oublie le réflexe de la voiture individuelle, il faut prendre soin de notre terrain de jeu.

Protéger ces territoires fragiles, c’est pouvoir continuer à profiter de la beauté des grands espaces, de la biodiversité. Grâce à des associations telles que Mountain Riders, il est de plus en plus simple de trouver des conseils et leviers activables pour agir à son échelle.

Tu connais un projet engagé dans un outdoor plus responsable, dans la réparation ou dans l’économie circulaire? Recommande-le pour un des prochains Goodtalk sur contact@goodloop.fr ou sur nos réseaux sociaux.